La visualisation négative: comment être plus heureux en visualisant le pire

Norman Vincent Peale est considéré par beaucoup comme le fondateur de la psychologie positive. Il est l’auteur du livre  The Power of Positive Thinking , publié il y a 60 ans de cela, et qui a vendu a plus de 60 millions d’exemplaires, dans plus de 47 langues.

Dans ce livre, Peale développait  l’idée que notre expérience du monde est entièrement produite par nos pensées. La plupart des succès commencent par une foie inébranlable que l’objectif peut (et va) être atteint. Cette idée reste centrale a la psychologie positive aujourd’hui, et est aujourd’hui acceptée par tous les coach et psychologues: tout évènement n’est pas bon ou mauvais en soi: c’est la perception que l’on a de l’évènement qui provoque en nous des émotions positives ou negatives.

Quand j’aurais atteint …, alors je serai heureux

Le problème est que baser son bonheur sur la réalisation d’objectifs ne nous rend pas plus heureux en soi. Les psychologues connaissent le problème et lui ont meme donné un nom: l’adaptation hédonique. En d’autres termes:

  • je veux une augmentation, et après seulement je serai heureux.
  • J’ai mon augmentation.
  • Je suis heureux quelques jours/semaines (/mois) mais maintenant j’en veux plus.
  • Retour a la case départ…

Nos vies peuvent vite devenir une collection « si seulement… ». Si seulement je pouvais avoir un meilleur emploi. Si seulement je pouvais vivre dans une plus grande maison. Si seulement je pouvais me payer une nouvelle voiture. etc.

Notez qu’il n’y a rien de mal à ne pas être satisfait de la situation existante. Le désir de vouloir atteindre un objectif peut être une grande source de motivation.

Mais un désir constant de vouloir plus n’est pas vraiment un état d’esprit qui permette vraiment d’accueillir le bonheur.

Le bonheur se trouve dans le voyage, pas l’arrivée a destination

La réponse bien sur est dans la pratique de la gratitude, et plus particulièrement l’utilisation de la visualisation négative. Cette technique est incroyablement efficace pour rétablir un équilibre dans nos vies.

Le concept n’est pas nouveau, Les stoïciens en sont a l’origine, il y a près de 2,000 ans de ca. La technique consiste à prendre quelques minutes chaque jour, et à imaginer que vous avez perdu quelque chose qui vous est cher (votre maison, votre emploi, un membre de votre famille). Le but est vraiment de se l’imaginer en détail et de vivre le moment pleinement. Imaginez vous avoir perdu votre emploi: comment ferez vous pour payer les factures? Devrez vous déménager? Comment ferez vous pour nourrir vos enfants? Et comment réagiriez vous si vous perdiez un enfant? Comment pourriez vous continuer a vivre après ca?

L’idée semble incroyablement sombre et morbide, je m’en rends compte. Mais les stoïciens avaient compris quelque chose d’important: tout ce que nous possédons est éphémère, et nous est simplement prêté, et non donné. Tout ce qui nous appartient aujourd’hui pourrait partir en fumée demain.

Le philosophe Epictète écrit ainsi que nos enfants ne nous appartiennent pas, mais nous ont été donné « pour un temps, et non pour toujours ». Son conseil: à chaque fois que vous embrassez votre enfant, reflétez sur le fait que ca pourrait être la dernière fois.

Vivre chaque jour comme si c’était le dernier

Le philosophe Sénèque conseil aussi de vivre chaque jour comme si c’était le dernier, and de prendre du plaisir dans chaque instant, car ca pourrait être le dernier. Il ne conseil bien sur pas de tout abandonner et de gâcher la journée dans des activités « frivoles » . Ce qu’il conseil n’est pas de changer votre emploi du temps, mais de changer votre état d’esprit. (Cela dit si votre emploi est une source de dépression journalière, peut être est-il temps de vous poser les bonnes questions – mais c’est un autre sujet).

Peut être vivez vous déjà la vie de vos rêves. Mais en chemin, vous êtes devenu insensibles a tous les bénédictions qui vous entourent. L’objectif des stoïciens est simplement de vous faire réaliser tout ce que vous possédez déjà, et de vous le faire apprécier a sa juste valeur.

Vous me direz peut être que tout cela est bien beau si tout va bien dans ma vie, mais quid de quelqu’un qui est en train de vivre un moment difficile.

La visualisation négative marche pour eux aussi: ils ont perdu leur emploi? Ils auraient pu perdre leurs possessions. Ils ont perdu leurs possessions? Il leur reste leur famille. Ils ont perdu un membre de leur famille? Ils n’ont pas perdu la santé. Ils sont atteints d’une maladie? Tant qu’ils sont en vie il reste de l’espoir!

Il y a peu de personnes pour lesquelles la visualisation négative ne peut pas marcher.

L’adaptation hédonique atténue notre joie de vivre. La visualisation négative la ranime.

Comment commencer a appliquer la visualisation negative?

Comment commencer? Il suffit de prendre quelques minutes, peut être le matin au réveil, ou le soir avant d’aller se coucher, et de réfléchir et vivre intérieurement ce qui se passerait si vous perdiez quelque chose qui vous est cher. Par exemple si votre maison brulait avec toutes vos possessions. Faites vraiment l’effort de vivre chaque émotion et de ressentir la douleur que cela vous causerait. Une fois que vous avez fini, prenez quelques minutes pour apprécier ce que vous avez – souriez – et c’est parti pour la journée (ou endormez vous heureux et content de la situation dans laquelle vous vivez).

C’est en contemplant le caractère éphémère de la vie que l’on peut vraiment apprécier plus intensément les expériences de la vie.

En conclusion, Vincent Norman Peale n’avait pas tout a fait tort: la visualisation positive vous aide a obtenir ce que vous voulez. La visualisation négative vous aide a aimer ce que vous avez déjà obtenu.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *